95-02-14 La Laiterie
Stratsbourg, France
Verified
Dream Brother
So Real
Grace
(Jeffs Valentines Day Improvisation)
Mojo pin
(band intro) Lilac wine
Last Goodbye
What Will You Say
Eternal Life
(The Police parody)
Lover, You Should've Come Over
Vancouver/Kanga-roo
Je n'en connais pas la fin
Rock me baby
Hallelujah
Supported by Christian Fougeron. French review from DNA (Dernières Nouvelles d'Alsace - a local french newspaper): Jeff Buckley, la nouvelle star Inconnu il y a six mois encore, Jeff Buckley est aujourd'hui la nouvelle star du rock. A découvrir mardi à Strasbourg avec Christian Fougeron en première partie. Jeff Buckley se décrit lui-même comme un paumé déraciné, né dans le sud de la Californie. Il a été élevé en chantant dans la voiture avec sa mère, une pianiste et violoncelliste de formation classique. A l'âge de cinq ans, il découvre la guitare de sa grande-mère et apprend tout seul à en jouer. A 17 ans, il quitte sa mère, obtient son bac et finit à Hollywood. Le développement de sa sensibilité le mène à travers une série hétéroclite de groupes de rock et de reggae, et de temps en temps, il fait des enregistrements en studio pour "presque rien". Jeff Buckley a écrit sa première chanson à l'âge de 13 ans, "un truc débile sur une rupture", déclare-t-il. Depuis, ses horizons de parolier ont évolué considérablement. Maintenant, il explore les thèmes complexes de l'amour, le conflit intérieur et la séparation. "La sensibilité ne veut pas dire qu'on est douillet", explique-t-il. Ses paroles sont précises, pourtant elles sont énigmatiques, révélant des vérités simples enveloppées dans les énigmes de leur origine. "J'aime quand il y a beaucoup de mystère", admet-il. "Cela donne un peu plus de mouvement sans pour autant attirer un banal regard critique." En 1990, il déménage à New York où il joue avec plusieurs groupes locaux avant d'attaquer tout seul. Traînant sur le Lower East Side, il finit par se sentir vraiment chez lui. "Plus que nulle part ailleurs", dit-il. "Ma place est ici. Je préfère le Lower East Side à tous les endroits de cette planète. Je peux être moi-même ici... je n'ai jamais pu être moi-même partout où j'ai vécu quand j'étais petit. Je n'ai jamais trouvé ma place en Californie, même si mes racines sont là-bas". Jeff Buckley décrit sa musique comme une "petite partie rêveuse du psychisme. C'est en partie du bourbier, en partie de la structure. Le bourbier est important pour faire pousser des choses... ça vous arrive des fois d'avoir un de ces souvenirs ou vous croyez vous rappeler le goût ou le toucher de quelque chose... peut-être un objet... mais la sensation est tellement bizarre et imperceptible que vous n'arrivez pas vraiment à le saisir? Ça vous rend dingue. Ça c'est mon esthétique musicale... seulement ce souvenir imperceptible et fugitif. La beauté de ce souvenir, c'est que je peux l'enregistrer sur un disque ou le jouer en public. C'est complètement surréaliste. C'est comme s'il y avait un gardien à l'entrée de votre souvenir le plus profond et que vous n'étiez pas censé vous souvenir de certaines choses. Vous pouvez seulement atteindre ce souvenir en payant ce gardien, en vous soumettant complètement à sa puissance en nageant loin dans votre propre âme. Vous pouvez être détruit ou marqué de cicatrices... vous ne savez pas... c'est comme mourir".